Catégorie : Uncategorized

Réduire ses mensualités immobilières

Le refinancement d’un prêt immobilier : Qu’est-ce que c’est et comment cela fonctionne-t-il ? Votre maison est un investissement. Le refinancement est un excellent moyen d’utiliser votre maison pour rentabiliser cet investissement. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles vous pouvez vouloir refinancer votre maison, par exemple pour obtenir des liquidités de votre maison, réduire votre remboursement et raccourcir la durée du prêt. Voyons comment fonctionne le refinancement d’un prêt hypothécaire pour que vous sachiez à quoi vous attendre. Que signifie exactement le refinancement d’une maison ? Lorsque vous refinancez l’hypothèque de votre maison, vous achetez et vendez essentiellement votre hypothèque actuelle pour une plus récente, souvent avec un tout nouveau principal et un taux d’intérêt différent. Votre prêteur utilise alors le nouveau prêt hypothécaire pour rembourser le prêt existant, de sorte que vous n’avez plus qu’un seul prêt et une seule mensualité. Il y a des raisons pour lesquelles les gens refinancent leur maison. Le refinancement en espèces vous permet d’utiliser la valeur de votre maison ou le refinancement en fonction du taux et de la durée pour obtenir un meilleur taux d’intérêt ou un paiement mensuel moins élevé. Un refinancement peut également être utilisé pour retirer une autre personne de votre prêt immobilier, ce qui se produit fréquemment en cas de séparation et de divorce. Enfin, vous pouvez aussi ajouter une personne à votre prêt hypothécaire. La procédure de refinancement est généralement beaucoup plus facile que celle de l’achat d’une maison, même si elle comporte la plupart des mêmes étapes. Il peut être difficile de prévoir le temps que prendra votre refinancement, mais le délai typique est de 30 à 45 jours. Examinons de plus près la procédure de refinancement. La première étape de cette procédure consiste à évaluer les types de refinancement pour trouver le choix qui vous convient le mieux. Lorsque vous faites une demande de refinancement, votre fournisseur de prêt vous demande les mêmes informations que celles que vous lui avez fournies ou que celles d’un autre prêteur lorsque vous avez acheté la maison. Il examinera vos revenus, vos ressources, vos dettes et votre cote de crédit pour déterminer si vous répondez aux critères de refinancement et si vous pouvez rembourser le financement. Votre fournisseur de prêt peut également exiger les documents de votre conjoint si vous êtes marié ainsi que dans une condition de propriété de voisinage (indépendamment du fait que votre conjoint soit sur le prêt). Il se peut que l’on vous demande davantage de documents relatifs à la trésorerie si vous êtes employé à titre personnel. C’est également une bonne idée d’avoir vos déclarations fiscales utiles au cours des dernières années. Vous n’avez pas besoin de refinancer avec votre fournisseur de prêt actuel. Lorsque vous souscrivez auprès d’un autre organisme de crédit, ce dernier rembourse votre prêt actuel, mettant ainsi fin à votre relation avec votre ancien organisme de crédit. N’hésitez pas à faire le tour du marché et à évaluer les taux actuels, l’accessibilité et le degré de satisfaction des clients de chaque prêteur. Une fois que vous êtes approuvé, vous pouvez avoir la possibilité de verrouiller votre taux d’intérêt, afin qu’il ne change pas avant la clôture du prêt. Le verrouillage du taux est définitif entre 15 et 60 jours. La durée du mécanisme de verrouillage du taux dépend de quelques facteurs tels que votre région, le type de prêt financier et le fournisseur du prêt. Vous pouvez même obtenir un bien meilleur taux en choisissant de verrouiller le mécanisme pour une période plus courte, car le fournisseur de prêt n’a pas à se couvrir contre le marché pendant aussi longtemps. Attention toutefois : si votre prêt financier n’est pas clôturé avant la fin de la période de verrouillage, il se peut que l’on vous demande de prolonger le mécanisme de verrouillage du taux, ce qui peut coûter cher. Vous pourriez également avoir le choix de faire flotter votre taux, Keyliance ce qui signifie ne pas le fixer avant d’aller de l’avant avec le prêt financier. Cette fonction peut vous permettre d’obtenir un prix réduit, mais elle vous fait également courir le risque d’obtenir un taux plus élevé. Dans certains cas, vous pourriez obtenir le meilleur des deux mondes avec un choix de taux flottant, mais si vous êtes satisfait des prix pendant la période d’utilisation, alors c’est généralement une bonne idée d’aller de l’avant et de verrouiller votre prix.

Préserver les gains en Asie

Pendant des décennies, une cohorte de diplomates américains, d’officiers militaires, de stratèges, d’universitaires et d’analystes ont développé une expertise approfondie dans la gestion de la politique américaine à Taiwan et dans les affaires trans-détroit. Ils ont étudié le processus menant au rapprochement de Richard Nixon avec la République populaire de Chine en 1971 et 1972, la gestion par Jimmy Carter de la normalisation des relations et l’adoption par le Congrès américain du Taiwan Relations Act en 1979, et l’interprétation de Ronald Reagan de 1982 Communiqué conjoint États-Unis-Chine. Ils maîtrisaient les textes sacrés »- les trois communiqués conjoints, la Taiwan Relations Act et les Six Assurances. Ils ont établi des relations de longue date et établi leur crédibilité à Taipei et à Pékin. Ils ont compris les enjeux de la façon dont l’approche américaine des problèmes de Taïwan et du détroit pourrait avoir un impact sur la position des États-Unis en Asie et la stabilité régionale. Et ce groupe a collectivement servi de coque de protection autour de l’un des défis de politique étrangère les plus sensibles et délicats auxquels les États-Unis ont été confrontés au cours des 40 dernières années.
Bien que l’histoire ne bouge jamais en ligne droite et qu’il y ait eu des périodes de test, dans l’ensemble, la politique américaine sur Taiwan et les questions trans-détroit a réussi à protéger les meilleurs intérêts américains. Les États-Unis ont simultanément fait des progrès importants dans l’approfondissement des liens officieux avec le peuple de Taïwan, développé des relations américano-chinoises au milieu de la montée historique de la Chine et loin d’être préétablie, tout en gérant son intérêt durable pour la paix et la stabilité entre les deux rives du détroit.

Malgré l’absence de relations diplomatiques officielles, les relations américano-taïwanaises ont prospéré. En mai 2015, la sous-secrétaire d’État adjointe à l’époque, Susan Thornton, a décrit Taiwan comme un partenaire vital, «qui partage nos valeurs, a gagné notre respect et continue de mériter notre soutien.» 1 Ce partenariat est illustré par le fait que Taiwan devienne les États-Unis. Dixième partenaire commercial en biens, son septième marché d’exportation de produits agricoles et sa septième source d’étudiants étrangers dans les écoles américaines.2 Le commerce avec Taïwan et l’investissement entrant de Taïwan aux États-Unis soutiennent plus de 320 000 emplois aux États-Unis. Taïwan est devenu un citoyen modèle sur la scène mondiale, contribuant considérablement à relever les défis transnationaux allant du changement climatique au terrorisme et à la Corée du Nord. La coopération en matière de sécurité entre les États-Unis et Taïwan a été solide et cohérente. Depuis 2010, la branche exécutive a notifié au Congrès américain plus de 15 milliards de dollars de ventes d’armes à Taïwan, et au cours de cette période, les échanges et les engagements militaires entre les États-Unis et Taïwan ont également considérablement augmenté. À un niveau moins quantifiable, le parcours démocratique de Taïwan a servi de source d’inspiration et de connaissances pour de nombreuses personnes à travers l’Asie.
Les relations américano-taiwanaises ont également servi de symbole puissant pour les alliés et partenaires en Asie de l’Est et au-delà. Par exemple, Tokyo et Séoul considèrent la relation officieuse comme un signe de la détermination de Washington à respecter les principes et à soutenir ses amis, même si cela peut générer des frictions avec Pékin.
La constance de l’approche américaine a joué un rôle stabilisateur dans les relations trans-détroit. Les États-Unis ont été inébranlables dans leur conviction que toute résolution des différends inter-détroit doit être réalisée de manière pacifique et d’une manière acceptable pour les populations des deux côtés du détroit. Dans le cas de Taïwan, cela signifie que toute résolution doit refléter la volonté démocratique du peuple taïwanais. Il s’est opposé aux modifications unilatérales du statu quo de part et d’autre du détroit. Il a refusé de jouer un rôle de médiation entre Pékin et Taipei, s’est engagé à ne pas faire pression sur Taïwan pour négocier avec le continent et a rejeté toute idée selon laquelle les États-Unis utiliseraient Taïwan comme levier dans leurs relations avec le continent. Dans le même temps, les États-Unis ont développé régulièrement leurs relations avec Pékin. Au cours des 40 dernières années, les relations américano-chinoises sont passées d’un lien ténu au niveau des dirigeants à l’une des relations bilatérales les plus intégrées, complexes et conséquentes au monde. Washington et Pékin ont réussi à compartimenter leurs divergences sur Taïwan et à éviter qu’elles ne bouchent les liens qui unissent leurs relations.
L’approche américaine de longue date des relations inter-détroit a été brièvement remise en question le 2 décembre 2016, lorsque le président élu Donald Trump s’est entretenu par téléphone avec le président taïwanais Tsai Ing-wen, ce qui a érodé une norme de longue date sur la préservation de la caractère officieux des relations américano-taiwanaises. Neuf jours plus tard, Trump a suggéré que Taïwan pourrait être utilisé comme un levier avec Pékin pour aider à obtenir des concessions sur le commerce3. Puis, deux mois plus tard, quand il est devenu évident que le président chinois Xi Jinping n’entendrait aucune considération de concessions et gèlerait plutôt les contacts avec Trump, le président nouvellement élu a fait marche arrière, promettant à Xi lors d’un appel téléphonique qu’il honorerait « la politique des États-Unis en faveur d’une seule Chine ». Cet épisode a mis à nu les risques de freelance sur une politique aussi sensible et finement atténuée.

Cet épisode a également déclenché une saine réflexion personnelle dans la communauté politique de Washington pour savoir si les trois parties sont sur la bonne voie pour maintenir la paix et le progrès des 40 dernières années. En particulier, les trois acteurs centraux – Washington, Taipei et Pékin – ont trois récits différents pour expliquer les lignes de tendance trans-détroit. Les trois parties devront éviter de se retrouver piégées dans leurs propres récits en écoutant attentivement la façon dont les autres parties évaluent les développements. S’ils ne le font pas, il y a un risque que ces récits différents conduisent les parties dans des directions divergentes, avec des conséquences potentiellement importantes pour la paix et la stabilité entre les deux rives du détroit.
Le point de vue du continent sur les relations trans-détroit
Le président Xi dirige maintenant la Chine vers le grand rajeunissement de la nation chinoise, avec une échéance pour le projet fixée à 2049, le centenaire de la fondation de la République populaire de Chine. Un élément central de cet objectif est de rétablir la nation chinoise dans son ensemble, selon la conception de Pékin de ses frontières.
Les participants à la présentation au 19e Congrès du Parti communiste du rapport de travail du président Xi ont reflété ce sentiment quand ils auraient provoqué les applaudissements les plus vifs d’un discours de plus de trois heures aux lignes suivantes:
Nous restons fermes dans la sauvegarde de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Chine, et nous ne permettrons jamais que la tragédie historique de la division nationale se répète. Toute activité séparatiste rencontrera certainement l’opposition résolue du peuple chinois. Nous avons la détermination, la confiance et la capacité de vaincre les tentatives séparatistes pour l’indépendance de Taiwan »sous quelque forme que ce soit. Nous ne permettrons à personne, à aucune organisation ou à aucun parti politique, à aucun moment ni sous aucune forme, de séparer une partie quelconque du territoire chinois de la Chine! 4
La sensibilité notoirement élevée de Pékin aux problèmes de Taiwan devrait se renforcer à mesure que la célébration du centenaire de 2049 approche. Pékin est susceptible de devenir de plus en plus hostile à toutes les actions qui soutiennent réellement ou optiquement tout semblant de séparation permanente de Taiwan du continent. Des signes de cette tendance sont déjà visibles. Au cours de l’année écoulée, Pékin a pris de plus en plus peur que le président taïwanais Tsai cherche à faire avancer une campagne de dé-sinification »à Taïwan dans le cadre d’une stratégie visant à accroître la distance entre les deux côtés du détroit. Pékin a cité des révisions proposées des manuels pour recadrer l’histoire des événements à Taiwan (et non à Taiwan et sur le continent) et des initiatives pour protéger les traditions culturelles et linguistiques uniques des groupes autochtones comme efforts de Tsai et d’autres pour cultiver une identité taïwanaise croissante … en particulier chez les jeunes – ce qui est distinct du continent. Pékin craint qu’à mesure que les nouvelles générations de Taiwan grandissent sans aucun lien personnel ou familial avec le continent, elles considéreront de plus en plus le continent comme étranger et distinct de Taiwan.
Peut-être pas par coïncidence, Pékin au cours de l’année écoulée a régulièrement accru la pression sur Taiwan, et sur le président Tsai en particulier, dans l’espoir que cette pression amènera les citoyens de Taiwan à conclure que leur avenir s’améliorera en se rapprochant du continent. Cette stratégie a également été informée par une opinion dominante à Pékin selon laquelle, même si Tsai a été modérée dans son approche des problèmes trans-détroit jusqu’à présent, elle a néanmoins des arrière-pensées pour éloigner Taïwan du continent et ne devrait pas bénéficier du doute. Voici des exemples de mesures prises par Pékin pour augmenter la pression:
Réduction du nombre de touristes et d’étudiants du continent à Taiwan;
Restreindre l’espace pour la participation de Taiwan aux forums multilatéraux;
Élargir le rythme des opérations militaires chinoises de tous les côtés de Taiwan;
Rehausser le profil public des développements de capacités militaires qui seraient applicables à une confrontation inter-détroit;
Déplacer publiquement les objectifs trans-détroit en insistant pour que le président Tsai reconnaisse le consensus de 1992 « avec la même interprétation des deux côtés du détroit (contrairement à l’acceptation par Pékin de la reconnaissance par Ma Ying-jeou du consensus de 1992 » avec des interprétations différentes);
Courtiser les récents diplômés de Taiwan pour qu’ils travaillent en Chine grâce à des salaires plus élevés et à des logements plus abordables; et
Braconnage progressif de la liste alliée diplomatique de Taiwan.
Pour être clair, les actions de Pékin à ce jour semblent avoir été calibrées pour servir de signaux d’alerte pour contraindre la modération comportementale, et non pas comme des signaux d’une utilisation imminente de la force par Pékin contre Taiwan. Néanmoins, Pékin indique clairement que sa patience n’est pas illimitée, qu’elle ne tolérera pas la séparation permanente de Taïwan du continent et qu’elle considère la réunification comme un élément clé du grand rajeunissement de la nation chinoise.
Le Congrès national quinquennal du Parti communiste chinois de Chine donne un aperçu des plans de la Chine. Depuis 2002, les rapports de travail du secrétaire général et du Congrès du Parti utilisent un langage largement cohérent pour décrire l’approche du continent à Taiwan. Comme notre collègue de Brookings Richard Bush l’a évalué, le rapport de Xi Jinping remis au 19e Congrès du Parti récemment conclu était en grande partie cohérent avec les articulations précédentes, sauf avec l’omission notable d’une déclaration selon laquelle le continent mettra de l’espoir sur le peuple de Taiwan en tant que force pour aider à apporter à propos de l’unification5. Cette exclusion pourrait refléter une reconnaissance du fait que l’identité des habitants de Taïwan est de moins en moins liée au continent et davantage liée à une association avec Taïwan. Mais cela soulève la question de savoir si Pékin respectera les souhaits des citoyens de Taïwan, ou si Pékin s’appuiera davantage sur sa propre puissance nationale pour réaliser l’unification car il devient moins confiant que les forces politiques à Taïwan rapprocheront l’île du continent. . Par exemple, Pékin a cherché à fomenter un débat à Taïwan sur des questions nationales politiquement conflictuelles, telles que la réforme des retraites, afin de saper la confiance du public dans le gouvernement taïwanais. De telles activités ont suscité des inquiétudes à Taiwan quant à l’impact potentiel que des organisations financées par Pékin ou des experts des médias en faveur de l’unification pourraient avoir pour influencer le discours public à Taiwan.6
Le point de vue de Taiwan sur les relations trans-détroit
Alors que les dirigeants de Pékin ressentent la pression du temps, les dirigeants de Taipei font preuve de patience dans leur approche des problèmes transfrontaliers. Le peuple taiwanais est conditionné à vivre avec des tensions trans-détroit et soutient donc largement le maintien du statu quo inter-détroit. Le point central des débats politiques à Taïwan n’est pas sur les approches concurrentes des questions trans-détroit, mais plutôt sur la façon de renforcer la compétitivité économique de Taïwan afin d’améliorer la qualité de vie de ses résidents.
À l’heure actuelle, le Parti démocratique progressiste au pouvoir (DPP) est l’organisation politique dominante de l’île. L’opposition Kuomintang, qui est l’interlocuteur politique préféré de Pékin, est une force politique considérablement affaiblie après les élections de 2016. Cette absence d’alternatives viables donne au DPP la certitude que tant qu’il ne prend pas des mesures qui pourraient être interprétées comme modifiant le statu quo trans-détroit, il peut se permettre d’être patient. La direction du DPP estime que Pékin n’aura pas d’autre choix que de s’en occuper tôt ou tard et que l’effet de levier fonctionne dans les deux sens dans la relation inter-détroit. Par exemple, le continent cherche de plus en plus d’investissements extérieurs pour stimuler l’innovation économique et l’emploi, et Taiwan est le deuxième investisseur du continent. L’administration Tsai, par le biais de sa nouvelle politique en direction du sud, encourage les entreprises taïwanaises à envisager de diversifier et de déplacer leurs investissements vers les marchés d’Asie du Sud-Est. Si un tel changement se produit, cela pourrait renforcer le fait que Taipei a des moyens de faire sentir ses opinions à Pékin, tout comme Pékin à Taipei.
Alors que les relations trans-détroit et la question de la perpétuation du statu quo ont joué un rôle dans l’élection de Tsai, sa campagne et la direction du DPP se sont principalement concentrées sur les questions nationales et la présence de Taiwan dans la communauté internationale au sens large. Les domaines d’intervention spécifiques comprennent la modernisation de l’économie, la transition de l’île vers une plus grande dépendance aux énergies renouvelables, la diversification des relations commerciales et d’investissement pour réduire le risque de dépendance excessive sur le marché du continent, et le rapprochement diplomatique de l’île avec d’autres acteurs majeurs, tels que les États-Unis, Japon, Inde, Australie et Union européenne. Tsai reconnaît que Pékin a la capacité de renverser les quelques alliés diplomatiques restants de Taiwan et a donc cherché à recentrer le débat sur la politique étrangère de Taiwan loin des facteurs qu’elle ne peut contrôler. Son changement met l’accent sur le rôle de Taiwan sur la scène mondiale et les partenariats substantiels avec les grandes puissances, même s’il n’a pas de relations diplomatiques officielles avec elles.
La direction du DPP considère les efforts susmentionnés visant à réviser les manuels et à protéger les cultures autochtones comme des problèmes liés à la politique intérieure de Taiwan, et non comme des atouts de négociation dans les affaires trans-détroit. Ainsi, alors que l’administration Tsai estime qu’elle poursuit actuellement prudemment une stratégie de couverture dans les limites du statu quo inter-détroit, Pékin craint que Taïwan ne propose une stratégie pour éloigner Taïwan du continent.

À court terme, Pékin n’a pas montré d’intérêt à modifier sa position rigoureuse envers Tsai. Pékin a refusé de maintenir des voies de communication directes et faisant autorité avec l’administration Tsai. Cette absence de communication officielle a accru le risque de méprise mutuelle sur les intentions, en particulier depuis que Pékin a suspendu ses contacts officiels en juin 20167.
Le point de vue des États-Unis sur les relations trans-détroit
Les responsables à Washington s’inquiètent des intentions de Pékin, des limites de la capacité de Taïwan à résister à la coercition et du risque que le dynamisme de Taïwan ne diminue à mesure que Pékin isole davantage l’île au fil du temps. Cela conduit Washington à essayer de renforcer le sentiment d’urgence de Taipei à prendre des mesures pour se renforcer. Pendant ce temps, les États-Unis exhortent Pékin à faire preuve de retenue et à être conscients de la façon dont ses actions ont un impact sur les attitudes des résidents de Taiwan à l’égard du continent.
En octobre 2017, lors d’un discours à Brookings, l’ambassadeur James Moriarty, président de l’American Institute in Taiwan, a décrit les contributions de Taiwan au sein de la communauté internationale, a réitéré la nature durable des relations américano-taïwanaises et a appelé au cocktail classique de patience, de flexibilité et de créativité »dans relations trans-détroit. Reflétant l’approche globale de Washington, Moriarty a reconnu la détermination du président Tsai à maintenir des liens stables entre les détroits face à la pression croissante de la RPC sur un certain nombre de fronts », tout comme il a également déclaré que Taiwan peut et doit faire plus en tant que menace à la sécurité contre il continue d’évoluer. »8
En particulier, à travers ses engagements avec Taipei, les responsables américains mettent l’accent sur des questions de sécurité telles que la préparation militaire et l’état de préparation des forces de réserve. Les responsables américains exhortent Taïwan à tirer des enseignements des investissements dans la défense par des pairs confrontés à des défis de sécurité tout aussi redoutables, tels qu’Israël, l’Ukraine et la Corée du Sud. Ils encouragent Taiwan à accorder la priorité aux investissements militaires sur des capacités asymétriques et innovantes qui lui permettront d’utiliser ses avantages géographiques et de proposer des solutions à faible coût pour dégrader les capacités militaires du continent. Les responsables américains encouragent Taiwan à faire avancer les réformes internes qui stimuleront la compétitivité économique et concentreront les efforts sur la garantie d’un meilleur accès aux marchés pour les partenaires de la région et au-delà. À cet égard, Washington pousse également Taïwan à supprimer les obstacles au resserrement des relations commerciales entre les États-Unis et Taïwan, à savoir ses restrictions sur les importations américaines de bœuf et de porc.
Bien que de tels efforts risquent de sembler dominateurs envers leurs homologues de Taipei, ils sont néanmoins animés par la volonté américaine d’aider Taiwan à se renforcer. Washington voit Pékin projeter une ombre de plus en plus grande sur Taiwan et craint qu’avec le temps cette ombre ne limite le dynamisme économique et la stabilité politique de Taiwan. Ces inquiétudes ont pris une nouvelle ampleur au cours des cinq dernières années, car l’ampleur des ambitions de Xi a soulevé des inquiétudes quant à la possibilité pour Pékin d’utiliser un pouvoir plus coercitif à Taiwan. Dans l’ensemble, les inquiétudes de Washington semblent motivées par une évaluation selon laquelle Pékin devient de plus en plus impatient et Taipei risque d’être trop complaisant face à d’éventuels défis à l’horizon.

Une bonne stratégie commence par une conception claire des objectifs. Dans le cas de Taïwan et des relations inter-détroit, les objectifs américains comprennent la préservation de la paix et de la stabilité inter-détroit et la force et la sécurité économiques, politiques et militaires de Taïwan. L’objectif de la stratégie américaine est de créer un environnement dans lequel Taiwan peut s’engager avec Pékin à partir d’une position de force, et Pékin estime qu’il existe une base pour maintenir une relation positive avec Taiwan. La résolution finale du différend inter-détroit est une question qui appartient aux gens des deux côtés du détroit, mais la façon dont il est décidé – pacifiquement ou de manière coercitive – est d’une immense importance pour les intérêts américains.
À ces fins, les quatre paniers d’efforts suivants pourraient améliorer la capacité des États-Unis à protéger leurs intérêts à long terme:
Soyez attentif aux inquiétudes omniprésentes de Taiwan selon lesquelles Washington sacrifiera les intérêts de Taiwan en échange de la coopération chinoise ailleurs. Bien que Washington ne puisse jamais éliminer complètement ces angoisses, ils peuvent aider à atténuer ces préoccupations, y compris par le biais de réitérations claires, cohérentes et publiques de la politique américaine par de hauts responsables gouvernementaux. Des engagements diplomatiques réguliers et calmes avec de hauts responsables taïwanais contribuent également à limiter les insécurités en garantissant la transparence des objectifs de chaque partie lors de ses échanges avec Pékin. Dans le même temps, des initiatives diplomatiques et économiques conjointes visibles, telles que la négociation d’un accord d’investissement bilatéral entre les États-Unis et Taïwan, contribuent également à renforcer la confiance du public sur l’île au sujet de la relation entre les États-Unis et Taïwan. Plus la confiance du public dans la relation est grande, moins les hauts responsables taïwanais peuvent ressentir pour rechercher des achats de prestige d’articles de défense, ce qui risque de bloquer une part importante du budget limité de la défense de Taïwan dans les coûts d’approvisionnement et de maintenance et potentiellement au détriment de plus des capacités économiques et asymétriques qui maximisent les avantages géographiques de Taiwan pour se défendre.
Lors de réunions privées avec des responsables chinois, soyez sans ambiguïté et indéfectible que les intérêts de Washington à Taiwan sont de longue date, et que même si les États-Unis n’entraveront aucun résultat pacifique entre les deux rives du détroit, ils n’encourageront aucun effort de Pékin pour imposer un résultat sans le consentement ou le soutien du peuple de Taiwan. La constance des États-Unis à l’égard de cette position au cours des 40 dernières années a joué un rôle utile dans l’atténuation des impulsions à Pékin pour rechercher une option ouvertement coercitive. Alors que le pouvoir relatif de Pékin grandit et que sa patience s’épuise, il sera important pour Pékin d’avoir une évaluation claire de la façon dont l’adoption d’une stratégie de réunification coercitive risquerait ses relations avec les États-Unis.
Soyez plus créatif et proactif en lançant des initiatives de coopération avec les autorités de Taïwan qui servent les intérêts américains. Ces dernières années, les États-Unis et Taïwan ont mis en place des plateformes de coopération par le biais du Programme international pour l’environnement et du Cadre de formation pour la coopération mondiale. Taïwan a des capacités importantes pour contribuer à relever les défis mondiaux, tels que le renforcement des capacités de santé publique dans les pays en développement, la promotion de l’adoption de projets d’énergie renouvelable, la contribution à la reconstruction dans les sociétés sortant d’un conflit et l’aide à la réponse humanitaire aux catastrophes naturelles. Taïwan a également la possibilité dans la mer de Chine méridionale de convertir ses éléments occupés en plates-formes de recherche scientifique, contribuant ainsi à établir un modèle à suivre pour les autres. Enfin, Taïwan souhaitera peut-être tirer des enseignements de la création par la Finlande du Centre d’excellence pour la lutte contre les menaces hybrides, alors qu’il cherche à devenir un chef de file régional dans l’élaboration de meilleures pratiques pour contrer les efforts des acteurs externes pour manipuler les gens par la propagande, les opérations clandestines et l’ordinateur. les exploitations de réseaux.9 Alors que les États-Unis relèvent leurs propres défis causés par les campagnes de désinformation, la coopération en matière de cybersécurité et la lutte contre la participation extérieure à la politique intérieure seraient bénéfiques pour les deux parties.
Soyez cohérent en veillant à ce que Taiwan reste un problème bipartite à Washington, et non un domaine où aucun parti ne peut s’engager dans la notation politique. Cela nécessitera la discipline des autorités de Washington et de Taipei pour préserver le soutien bipartisan qui a si bien servi les intérêts américains pendant si longtemps. Alors que le Congrès américain joue un rôle plus actif dans le domaine de la politique étrangère, il sera important que la législation relative à Taïwan maintienne les coparrains et le soutien bipartites.
Les mots d’ordre d’une stratégie et d’une politique américaines efficaces continueront d’être la cohérence et le courage. Bien que ces éléments ne garantissent aucun résultat spécifique, ils fournissent la meilleure approche pour protéger les intérêts américains durables jusqu’à ce que les dirigeants des deux côtés du détroit de Taiwan trouvent la sagesse de résoudre leurs différends pacifiquement.

Le terrorisme en Afrique

Al Shabab, le groupe terroriste somalien, a attaqué samedi un fond des forces armées au Kenya qui est utilisé par chacun des États-Unis et des facteurs kenyans, conformément à U.S.Africa Control. « NOUS. Africa Control reconnaît qu’il y a une invasion à l’aérodrome de Manda Bay, au Kenya et surveille le problème », a déclaré un porte-parole de l’US Africa Order dans une assertion fournie à ABC News. «Au fur et à mesure que des détails et des détails surgissent, nous proposerons une mise à niveau.» L’État n’a pas fourni de détails sur d’éventuelles victimes sur le fond des services militaires kenyans qui a localisé You.S. personnel des forces armées depuis longtemps. Il est vraiment incertain que le nombre de travailleurs citoyens américains soit stationné au fond, ce qui aurait été un site Web pour les forces d’opérations spéciales américaines opérant en Somalie. Dans une déclaration, la Kenya’s Protection Pushes (KDF) a déclaré qu’il y avait eu une tentative d’atteinte à la stabilité de la piste d’atterrissage de Manda – qui se trouve être à proximité de la fondation Camp out Simba US – mais qu’elle a été «repoussée avec succès». «Le physique de quatre terroristes a augmenté », a déclaré le KDF à partir du document. «La piste d’atterrissage reste sûre et sécurisée.» Samedi, une filiale d’Al-Qaïda, marketing al-Shabaab, a fait état d’une obligation d’invasion du camping Simba, dans la région de Lamu, près de la frontière du Kenya avec la Somalie. Certaines options ont indiqué que pendant l’assaut, un certain nombre d’avions avaient été endommagés, dont le C-146A Wolfhound dirigé par You.S. Commandement des procédures spéciales et avion espion Havilland Canada Dash-8 modifié, qui détient la règle de signature civile américaine N8200L. Le C-146A Wolfhound est vraiment un avion tactique développé et fabriqué par Fairchild Dornier, pour la US Atmosphere Force (USAF). L’avion offre des déplacements accueillants, réceptifs et opérationnels à vos employés du US Unique Surgical Procedures Control (USSOCOM) dans le théâtre. L’avion est également utilisé pour effectuer des missions de l’aviation de faible intensité (NSAv) pour soutenir le commandement des fonctions spécifiques des articulations de l’USSOCOM. À propos du Dash-8, il peut s’agir d’un avion spécifiquement modifié, doté d’un radar à ouverture artificielle capable de produire des images sur une zone de près de trois kilomètres en fonction de l’altitude de l’avion. Il avait également une tourelle indicatrice avec des caméscopes électro-visuels et infrarouges. Les autorités kenyanes ont déclaré avoir cité avec le Linked Push, également mentionné que deux avions, un seul kenyan et un autre des États-Unis, ainsi que deux hélicoptères américains et également d’autres véhicules, avaient été détruits de l’invasion. Dans son affirmation sur l’invasion de dimanche, al-Shabab a déclaré qu’il avait infligé de « lourdes pertes » aux forces américaines et kenyanes et établi qu’il possédait des naufragés You.S. avion et voitures. Dimanche, des militants islamistes somaliens ont expliqué qu’ils avaient ruiné plusieurs avions et quelques voitures lors d’une grève contre la fondation des services militaires de l’État de Lamu au Kenya, utilisée par chaque armée américaine et kenyane, bien que leurs comptes n’aient pas pu être vraiment confirmés individuellement.

La situation ne va pas s’améliorer de sitôt

La semaine dernière, je me suis déplacé à à Moscou pour assister à un congrès , pendant lequel des économistes ont dressé un tableau de le développement du Moyen-Orient d’ici quinze à vingt ans. C’est un problème qui revient souvent, car cette région du monde peut se changer en marché décisif qu’un bourbier. Et une chose qui est clairement ressortie, c’est qu’au cours des vingt prochaines années, il y aura plus de risques de conflits entre États qu’on ne le croit généralement. Si une grande partie du secteur va devenir plus paisible, et ressembler à d’autres parties du monde comme par exemple l’Asie où prévalent les objectifs économiques l’emportent, mais d’autres régions resteront des grandes bombes à retardement. Le mélange d’une économie de plus en plus libérale et de pouvoirs totalitaires ne saurait être plus efficace pour qu’éclatent des des conflits régionaux. Cela dit, voyage Ibiza tout n’est pas noir non plus. Après 2020 néanmoins, l’Iran pourrait avoir renié ses appétences nucléairesDe fait, l’Iran aura trouvé un autre moyen de garantir leur sécurité. Bien que l’attraction qu’exerce Al-Qaida soit destinée à refluer, des noyaux durs vont demeurer et l’utilisation des nouvelles technologies de pointe aggravera les dégâts qu’ils commettent. Un certain nombre d’États de la région ambitionnent d’ores et déjà acquérir la bombe atomique. Dans D’ici peu, plusieurs États devraient renforcer leurs efforts pour posséder l’arme nucléaire, afin de contrer les prétentions iraniennes vis-à-vis du nucléaire. Cela apportera une dimension encore plus menaçante à l’antagonisme qui s’exerce pour l’influence dans la région, notamment les chiites d’Iran et les sunnites chez la plupart de ses voisins. Evidemment, les pays occidentaux entreront eux aussi en jeu pour protéger leur accès aux sources d’énergie et négocier des armements dernier cri high tech en échange d’un plus grand poidspolitique. J’ai vraiment trouvé ce colloque à Vienne intéressant. Le débat s’appuyaient sur des faits concrets. Et l’organisation, histoire de ne rien gâcher. D’ailleurs, je vous mets en lien le site de l’agence qui a concocté le programme. Elle a fortement contribué à dynamiser cet événement.Plus d’information sur ce voyage entreprise en surfant sur le site internet de l’organisateur.

Le Sukhoï Su-35 , Un Chasseur Multirôle De Génération 4++

Il n’a plus rien à voir avec les Su-27 de générations précédentes si ce n’est son allure générale . Le premier vol du prototype du Su-35 de nouvelle génération ( également appelé Su-35BM puis Su-35S ) a eu lieu en février 2008 . Il a été rejoint par un second en octobre 2008 . Un troisième a été perdu lors d’un accident au sol en avril 2009 avant son premier vol . N035 Irbis-E en bande X permettant de détecter une cible aérienne jusqu’à 400 km , de suivre jusqu’à 30 cibles aériennes et d’en engager 8 simultanément . En mode air-surface , il permet de suivre 8 cibles terrestres et d’en engager simultanément 4 . ’un soutien au sol. 5ème génération encore en cours de développement ( PAK-FA côté russe, F-35 côté américain ) . Le premier Su-35S de série a effectué son premier vol en mai 2011 et sert actuellement aux essais en compagnie de 3 autres appareils sortis d’usine en 2011-12 . Les réglages, les couleurs et certains défauts (fisheye) mériteraient d’être corrigés ou améliorés. Le champ de vision est de 130° et la transmission video avec la télécommande ST10 est de 300m (normes CE). La caméra s’utilise avec une carte mini SD, la mémoire est extensible jusqu’à 128G. Elle est dotée d’une nacelle qui permet de la stabiliser au moment des prises de vue aériennes. La nacelle permet d’avoir des images qui ne sont pas saccadés même si le drone est secoué par le vent, la vitesse, etc. Le Typhoon Q500 est un appareil à décollage et atterrissage verticale. Son temps de vol maximum est de 25 mn. Initialement, il peut monter jusqu’ à une altitude maximale de 122m (le maximum étant autorisé par la loi en France est de 150m) mais avec le logiciel Q500 on peut augmenter cette valeur (dans un pays où cela est autorisé). Sa vitesse maximum de rotation est de 65°/s avec un angle maximum de 35°. La vitesse de descente maximale est de 2m/s. Il possède deux mode de vol, le mode angle et le mode smart. Il est aussi possible de n’utiliser aucun des modes préprogrammés et de le régler à votre sauce.

Avec cette hausse dans le poids, tour en avion de chasse on a du renforcer encore plus le train d’atterrissage ainsi que les freins. Le radar a été également modernisé et renforcé. Le F-15D est la version biplace correspondante à ce prototype. Le F-15E Strike Eagle est un F-15D modifié. Il fut conçu en 1986 pour une meilleure capacité multirôle, et d’attaque tout temps. Semblable au F-15D, on a cependant modifié son avionique avec la modernisation des radars AN/APG-70 en modes air-sol ainsi que l’ajout de nacelles infrarouges Martin Marietta LANTIRN. Les postes de pilotages ont été également équipés d’écrans multifonctions. Cette nouvelle version fut équipée d’une nouvelle motorisation avec deux General Electric F110-GE-129 ou deux Pratt & Whitney F100-PW-229. Avec une masse maximale de 36 741 kg, sa masse à vide a atteint le 14 379 kg. Son rayon d’action passe à 4 445 km en convoyage et 1 270 km en combat. Bref, ce nouveau F-15E est capable d’emporter jusqu’à deux bombes nucléaires Mk.51 ou B61. Le F-15 Streak Eagle est un F-15A modifié. Il fut conçu en 1974 afin de battre les records de vitesse ascensionnelle, qui furent à l’époque détenus par les F-4 Phantom II et MiG-25. Cette version a vu l’élimination de l’aérofrein, les volets, le radar, les systèmes électroniques et l’armement afin de trouver un poids plus alléger et on a commencé à améliorer l’aérodynamisme. • 30 000 m en 208 secondes. Le F-15 Silent Eagle a été présentée par l’avionneur Boeing en mars 2009. Cette version a été conçue pour la transition entre les F-15 et les F-22. Un emport d’armes en soute, des stabilisateurs verticaux inclinés à 15°vers l’extérieur ainsi qu’un nouveau revêtement ont été ajoutés à cet appareil. On a amélioré le radar a été amélioré. Jusqu’à l’heure actuelle, il semble qu’Israël, l’Arabie Saoudite et le Japon sont intéressés.

Ils ont repris leur envol et, cette fois, dans la plus pure lignée de leur créateur au dessin, Uderzo. Matthieu Durand a mis en images un roman de Charlier, L’Avion qui tuait ses pilotes, sous le titre de Menace sur Mirage F1 prévu en deux volumes. Hormis que Durand a vraiment su s’adapter au style des premiers Tanguy et Laverdure sans louper son décollage, il y a la fidélité parfaite à l’ambiance Charlier. À Istres le Mirage F1 fait ses débuts. Malgré deux crashes, Tanguy vole sur le F1 et éprouve des difficultés alors que des pilotes étrangers doivent venir le tester. Un Américain grande gueule, un Allemand très sérieux, un Italien jovial et un Sud Africain rejoignent Laverdure et Tanguy qui les forment au F1 et vont les lâcher sur l’avion. Mais les pannes en vol s’accumulent et plusieurs pilotes s’en tirent de justesse. Problèmes techniques de jeunesse de l’avion ou sabotages ? D’autant que le pilote US a travaillé pour un concurrent du F1. La progression dramatique est classique. Tanguy est suspicieux. Laverdure toujours aussi gaffeur est amoureux d’une dinde, les pilotes étrangers ont leur part d’ombre. Lequel sera le méchant ? Reste que la pression monte et que Durand maîtrise les scènes aériennes et la volonté de coller aux origines par un dessin vraiment pointu. Belle reconstitution des décors de l’époque. L’adaptation du roman de Charlier est signée par Patrice Buendia, fidèle lui aussi au ton Charlier. Ce Tanguy rejoint les collections Classic de Zéphyr pour Dargaud comme Buck Danny chez Dupuis. Un retour qui devrait satisfaire tous les fans.

La stratégie réfléchie et réaliste a porté ses fruits: l’Inde a commandé au total 272 chasseurs. Cela a permis d’organiser une grande production de série, ce qui a eu un effet positif sur les caractéristiques économiques et d’exploitation de tous les Sukhoi. Le «Tonnerre» russe: de quoi est capable cette nouvelle bombe guidée? L’une des principales solutions utilisée dans le Su-30MKI a été l’architecture ouverte des équipements de bord électroniques. Dans le cadre de l’architecture traditionnelle ses systèmes communiquent entre eux à travers des interfaces spécifiques — des lignes de communication, des protocoles d’échange d’information, etc. Dans le cadre de l’architecture ouverte, l’interaction des systèmes est organisée par un bus de données. Dans la plupart des cas la modernisation de l’avionique ou l’accroissement de l’arsenal se réduit à une mise au point de l’électronique. Cette architecture ouverte a fait partie des principaux facteurs qui ont déterminé la compétitivité du Su-30SM aujourd’hui. Une autre nouveauté-clé du Su-30MKI, héritée par le Su-30SM, a été l’antenne réseau à commande de phase. Son élaboration était un grand défi pour les ingénieurs. Ce radar élargit considérablement le nombre de cibles accompagnées dans les airs et au sol.

Quelques plus tôt, le ministre argentin de la Défense, Julio Martinez, avait évoqué le possible achat, auprès de la France, de 12 Mirage F1, sans préciser le montant de la transaction. Pour l’Argentine, qui ne dispose plus d’aviation de chasse digne de ce nom depuis le retrait de ses derniers Mirage IIIEA/DA et 5P Mara, cette solution était intéressante au regard de sa situation économique et financière. Mais visiblement, Paris et Buenos Aires n’ont pas conclu l’affaire, ce qui a très certainement évité d’éventuelles protestations du Royaume-Uni, lequel, à cause des îles Falkands/Malouines, est très chatouilleux quand l’Argentine parle de renforcer ses capacités militaires. Pour autant, la France n’a pas renoncé à vendre ses Mirage F1. En mai, le site Defens’Aero a fait état d’une possible vente de 80 cellules (dont 30 ayant encore du potentiel de vol) à trois entreprises d’outre-Atlantique : Draken International, Airborne Tactical Advantage Company (ATAC) et Air USA. Ces dernières fournissent des plastrons pour l’entraînement des pilotes de combat américains et disposent, à cette fin, chacune d’une flotte relativement importante d’avions de combat de conception ancienne. Le 22 juin, La Tribune a donné davantage de précisions sur ce dossier, visiblement prioritaire. Mais il n’est plus question de vendre 80 cellules mais 64. Et le tout pour seulement 25 millions d’euros, ce qui est bien loin de la somme espérée lors des discussions avec l’Argentine. Ce n’est pas la première fois qu’il est question d’une carrière « américaine » pour le Mirage F1. En 2010, la lettre spécialisée TTU avait évoqué l’intérêt de Washington pour quelques exemplaires « déclassés » afin de leur faire jouer le rôle « d’agresseurs » lors d’exercices aériens de type Red Flag.

Une rare opportunité commerciale

Après être passée des réseaux sociaux pionniers à la finance, Divya Narendra fait une nouvelle percée en entrepreneuriat – cette fois via l’école de commerce
Cette fois, il y a près de sept ans, j’étais dans un endroit très différent de ma vie. Après avoir passé un an à Harvard à travailler sur un outil de réseautage social destiné à connecter les étudiants, j’ai lu un article dans notre journal scolaire sur le lancement d’un site Web concurrent appelé Thefacebook, fondé par Mark Zuckerberg. En deux semaines, 80% de mes camarades de classe s’étaient inscrits sur ce nouveau site. Facebook est rapidement devenu le chouchou de la Silicon Valley, mais l’histoire de sa genèse et de la nature de la connexion de Zuckerberg avec le projet sur lequel je travaillais a fait l’objet d’un procès contentieux, de nombreux articles de blog, d’un livre et d’un film hollywoodien, The Social Network, réalisé par David Fincher.
En tant que majeure en mathématiques appliquées au collège, je savais que je pouvais passer à la finance après l’obtention du diplôme. Mais après deux ans en tant que banquier en fusions et acquisitions au Credit Suisse et un an en tant qu’analyste de fonds spéculatifs chez Sowood Capital Management à Boston, je ressentais toujours le bug de l’entrepreneuriat depuis mes études de premier cycle.
Pendant mon séjour à Sowood, j’ai eu une idée d’entreprise: j’ai réalisé que la communauté des investisseurs côté achat manquait d’une plateforme en ligne axée sur la recherche où les analystes pouvaient partager des idées d’investissement entre eux. Étant donné l’immense valeur d’une seule idée d’investissement de haute qualité, il m’est venu à l’esprit qu’il pourrait y avoir une valeur énorme dans une base de données de type Wikipedia comprenant des milliers de ces idées. Excité par le potentiel de ce type de forum de partage d’idées, que j’ai appelé SumZero, j’ai décidé de tenter une nouvelle fois l’entrepreneuriat.
Poursuivre des études supérieures me donnerait la chance de poursuivre mes études tout en explorant mon idée de démarrage. Ayant vu de première main la complexité des litiges civils, j’ai déterminé qu’un JD-MBA (un programme double combinant un diplôme en droit et un MBA) était le meilleur moyen d’acquérir des compétences commerciales pratiques et une base juridique qui pourrait m’aider en tant qu’entrepreneur. . Le programme JD-MBA de la Northwestern University était la solution idéale pour moi, étant donné sa sélectivité et sa durée accélérée de trois ans.
Aux États-Unis, la faculté de droit a la réputation de pousser les étudiants au bord de la quête pour enseigner la pensée critique. Mon expérience à Northwestern n’était pas différente, mais je me suis aussi liée d’amitié avec des professeurs et des avocats praticiens qui souhaitaient aider mon entreprise. En fait, l’un de mes professeurs m’a mis en contact avec l’un des cabinets d’avocats axés sur la technologie les plus puissants du pays, qui a depuis représenté SumZero avec report des honoraires.
Je suis maintenant dans ma deuxième année du cours JD-MBA à Northwestern, qui a été entièrement passé à la Kellogg School of Management. Je savais déjà que Kellogg avait une solide réputation de direction générale, mais j’ai été agréablement surpris par les ressources qu’il offrait à ses jeunes entrepreneurs. L’une des plus puissantes d’entre elles est la Kellogg Entrepreneurs Organisation, où 25 étudiants actuels qui dirigent des entreprises se réunissent pour discuter des problèmes commerciaux des parkings. Celles-ci vont des nécessités quotidiennes telles que l’embauche de vendeurs et de programmeurs aux sujets les plus critiques du marketing et de la collecte de capitaux. J’ai également bénéficié des conseils du réseau des anciens de Northwestern. Par exemple, j’ai eu l’occasion de rencontrer Gordon Segal, le fondateur de la chaîne d’articles ménagers Crate & Barrel et l’un des partisans les plus enthousiastes de la formation de nouvelles entreprises à Kellogg. Ses conseils commerciaux sur SumZero ont été inestimables.
Beaucoup de mes amis me demandent pourquoi j’ai décidé de poursuivre des études supérieures après le lancement de SumZero. Même si je ne pouvais pas consacrer tout mon temps à ma start-up était un risque,
J’étais convaincue qu’à long terme, les études supérieures valaient l’investissement. D’une part, j’ai une assez grande autonomie dans mon emploi du temps. Bien que mes cours aient été parfois intenses, ils sont beaucoup plus faciles à gérer que de jongler avec une start-up avec un emploi à temps plein. De plus, en tant qu’entrepreneur, je subis moins de pression pour obtenir un As droit et pour assister à d’innombrables présentations d’entreprises et événements de recrutement. Je peux choisir comment je passe mon temps à me concentrer sur ce qui convient le mieux à mes intérêts entrepreneuriaux.
À mon avis, les études supérieures – et en particulier les écoles de commerce – offrent une rare opportunité de prendre des risques entrepreneuriaux. Si vous échouez en tant que fondatrice d’une start-up dans les études supérieures, vous vous protégez toujours avec un diplôme. Vraisemblablement, vous pourrez toujours obtenir des entretiens avec des entreprises qui valorisent l’esprit d’entreprise et l’apprentissage qui découle de surmonter les revers.
Le bon programme d’études supérieures offrira également un réseau de soutien qui peut aider à démystifier le processus de démarrage et à favoriser la discussion avec des collègues étudiants, des professeurs et des conférenciers invités qui ont eu de l’expérience dans le lancement et la construction d’entreprises. Dans certains cas, ce réseau de soutien peut même vous donner l’opportunité d’obtenir du financement auprès d’un réseau d’anciens étudiants désireux de déployer des capitaux dans des idées innovantes. Il serait difficile de trouver un meilleur laboratoire qu’une école de commerce pour tester et développer de nouvelles idées commerciales.
Aller aux études supérieures à ce stade de ma vie était une évidence; quand j’ai découvert le programme JD-MBA de trois ans de Kellogg, je savais que c’était l’occasion idéale pour un entrepreneur comme moi de développer les connaissances et les compétences que j’avais acquises en travaillant sur ma start-up universitaire et sur ma nouvelle entreprise.

Rome est éternelle

Enquêter sur Rome : comment procéder, où manger et dormir. Bien qu’elle soit souvent décrite comme un « musée vivant », Rome offre bien plus que son étonnante réserve de trésors artistiques – notamment ses merveilleux repas. Voici notre guide sur ce qu’il faut faire à Rome, avec des choix d’endroits où vous pouvez manger et vous reposer pour tous les budgets. Rempli de monuments historiques et de piazzas pittoresques, le centre historique de Rome doit être l’un des plus séduisants du monde. Mais prenez également le temps de visiter les quartiers situés à l’extérieur du centre, comme le Trastevere, qui s’anime à la nuit tombée, ou le Testaccio, avec son marché animé et ses trattorias conventionnelles. Quelle que soit la longueur de votre exploration de la ville, vous ne pourrez qu’en redemander. La liste des sites incontournables de Rome est plus longue que celle de la plupart des villes, mais son centre historique est extrêmement compact, et les points forts sont accessibles à pied. Retournez dans le temps à la Rome antique. Le Colisée, grand-père des monuments romains, a été construit en 72 après J.-C. pour accueillir des combats de gladiateurs assoiffés de sang. Vous pouvez payer pour le voir de l’intérieur, admirer ses gradins et faire une visite guidée de la zone souterraine, villes les plus peuplées du monde mais la visite de l’extérieur pourrait bien être beaucoup plus émouvante (et totalement gratuite). À proximité, le vaste forum de la communauté romaine est jonché de vestiges de ce qui fut le cœur de la planète antique. Ayez mal à la gorge au Panthéon. Une fois à l’intérieur de cette imposante structure romaine historique, levez les yeux et appréciez son oculus distinctif. D’un diamètre de 10 mètres, ce trou parfaitement circulaire dans le toit est un véritable chef-d’œuvre de l’ingénierie romaine antique. Promenez-vous dans le centre historique. Ne quittez pas la ville sans boire un Campari sur l’une des piazzas pittoresques de Rome : La Piazza Navona, construite sur le site du stade historique, d’où sa forme ovale, et le Campo de’ Fiori, bordé de cafés et doté d’un marché animé le matin. Promenez-vous vers l’est pour découvrir d’autres monuments incontournables : les marches en espagnol et la fontaine de Trevi, récemment restaurée pour la somme de 2,2 millions d’euros, une merveille d’eau potable jaillissante et de sculptures de chevaux et d’animaux mythiques. Visitez le Vatican, la plus petite ville souveraine du monde. Les galeries du Vatican seraient le plus riche trésor d’œuvres d’art du monde, avec plus de neuf kilomètres de galeries conservant nombre des œuvres d’art les plus célèbres d’Italie. À proximité, la basilique Saint-Pierre, la plus grande église catholique du monde, est un véritable chef-d’œuvre conçu par les plus grands architectes italiens des XVIe et XVIIe générations. Il n’est pas simple d’échapper à la foule à Rome, mais ces attractions touristiques facultatives offrent un peu d’espace pour respirer. Présentez vos respects au cimetière protestant. Ce cimetière historique, magnifiquement arboré, situé dans le quartier du Testaccio, est célèbre pour les tombes de Keats et de Shelley, mais les pierres tombales ordinaires d’étrangers morts loin de chez eux sont tout aussi émouvantes. Explorez la Domus Aurea de Néron. À deux pas de votre Colisée, la « Maison d’or » de l’empereur Néron fait actuellement l’objet d’une restauration de 39 millions d’euros, mais elle est néanmoins ouverte aux excursions guidées. Les manuels vous font descendre sous terre pour découvrir ce qui était autrefois un immense et opulent palais s’étendant sur plus d’un demi-mile carré. Admirez la vue depuis la colline de l’Aventin. Cette enclave à l’éthique douteuse et à l’esprit correct offre une paix et une tranquillité délicieuses. Rendez-vous au Giardino degli Aranci, un jardin rempli d’orangers et d’arbustes, pour la vue imprenable depuis sa terrasse. Un peu plus loin dans la rue se trouve le Prieuré des Chevaliers de Malte ; il est fermé au grand public, mais jetez un coup d’œil par le trou de la serrure pour avoir une vue absolument encadrée de Saint-Pierre. Faites les boutiques sur la Via del Governo Vecchio. Cette ruelle sinueuse proche de la Piazza Navona abrite de nombreux magasins isolés et attrayants, ainsi qu’un réseau d’excellentes boutiques vintage – un lieu de recherche fiable pour les sacs en cuir naturel italien et les accessoires uniques. Découvrez la scène artistique de rue de Rome. La scène artistique de rue de Rome est montée en flèche ces dernières années, grâce à une initiative des autorités qui donne aux musiciens la liberté de transformer des quartiers auparavant défavorisés comme Pigneto, Ostiense et Quadraro avec des peintures murales fortes et colorées. Pour toute incursion dans le monde de la mode : Si vous avez de l’argent à claquer, c’est au Portrait Roma qu’il faut s’adresser : un bolthole romantique de 14 chambres avec des sacs de mode (il appartient à la maison de couture Salvatore Ferragamo), une terrasse panoramique sur le toit, des services de premier ordre et un emplacement merveilleux, juste dans le futur de votre Spanish Steps. Pour l’opulence : Le Megahotel De Russie se trouve juste à côté de la Piazza del Popolo, l’une des places phares de la ville. Il a tout bon, du luxe modeste de ses espaces à son joyau qu’est le club, situé dans un jardin en terrasse, parfait pour prendre un verre en été. Pour toute dépense importante : Residenza Napoleone III, une résidence de deux suites à l’intérieur d’un palazzo historique, est vraiment unique en son genre : ayant appartenu à l’empereur Napoléon III, la plus grande suite est équipée comme il se doit de maîtres anciens et d’antiquités, tandis que la suite sur le toit-terrasse offre une vue panoramique sur les toits de Rome. Pour une cuisine romaine typique : Armando al Pantheon sert tous les classiques romains dans une salle à manger simple et épurée. Pour goûter à la cuisine juive de Rome, rendez-vous dans le quartier du Ghetto, où la Nonna Betta, très animée, prépare d’excellents artichauts frits, parmi de nombreuses autres spécialités juives romaines. Pour la pizza idéale : Forno Campo de’ Fiori, dans le système cardiovasculaire du mouvement sur Campo de’ Fiori, est l’endroit pour la pizza à la part, avec des morceaux délicieusement lumineux garnis d’ingrédients frais. Pour un festin de pizzas assises, essayez Da Remo à Testaccio, un endroit bruyant et vieux comme le monde avec des pizzas fines et délicieusement croustillantes. Pour un gelato exceptionnel : Rome ne manque pas de gelaterias, mais pour une vraie affaire, visitez Il Gelato di Claudio Torcè (près du Circus Maximus, ainsi que d’autres endroits disséminés un peu partout), où les saveurs artisanales vont de l’ancien collège à l’extravagant (céleri, sésame noir). À une courte distance de votre Vatican, la Gelateria dei Gracchi peut préparer de délicieuses glaces à partir d’éléments de saison ; les saveurs de fruits frais sont celles que l’on peut choisir ici. Obtenez une réduction : Si vous envisagez de faire beaucoup de visites, le pass Roma Successfully (à partir de 28 €/2 jours) pourrait être un investissement judicieux. Il vous permet d’entrer gratuitement dans le premier ou les deux premiers sites que vous visitez (selon la carte que vous choisissez) et d’utiliser gratuitement le système de transport public. Elle vous permet également d’éviter les files d’attente. Prenez un dîner bon marché : Faites comme les Romains et rendez-vous dans un bar en début de soirée pour prendre un aperitivo (généralement autour de 10-12 €) et des amuse-gueules gratuits à volonté. Si vous disposez d’un budget limité, une assiette d’amuse-gueules savoureux peut facilement faire office de dîner. Économisez sur les frais d’entrée : Le premier dimanche du mois, les musées et monuments de l’état sont gratuits, tandis que les musées du Vatican sont gratuits (bien que bondés) le dernier week-end des 30 jours.

Comment l’IA peut promouvoir le bien social

L’intelligence artificielle est désormais de plus en plus présente dans les prises de décision des entreprises et des gouvernements. Et bien que les outils d’IA soient encore largement entre les mains d’institutions qui se concentrent sur le profit avant le but, ces nouvelles technologies pourraient être tout aussi puissantes pour promouvoir le bien social.
À cette fin, un effort conjoint du MIT Solve et de la Fondation Patrick J. McGovern montre comment les applications d’IA peuvent être utilisées pour étendre la prospérité aux groupes économiquement marginalisés. Déjà, les entrepreneurs explorent comment l’IA peut être utilisée pour relever certains des défis les plus épineux du monde de manière réfléchie, créative et auparavant impossible.
L’IA est plus intéressante lorsqu’elle peut à la fois absorber de grandes quantités de données et identifier des corrélations (diagnostics) plus précises, tout en laissant les conclusions causales et la prise de décision ultime aux humains. Cette interaction homme-machine est particulièrement importante pour les initiatives à impact social, où les enjeux éthiques sont élevés et où l’amélioration de la vie des marginalisés est la mesure du succès.
De plus, les algorithmes sont aussi bons que les données qui les forment, et le choix des données à inclure dans les modèles d’IA est intrinsèquement biaisé. Ou, comme le dit le proverbe, biaiser, biaiser.  »
Prenez la question de l’inclusion financière et de la solvabilité. Pour les personnes sans compte bancaire, obtenir un prêt ou une carte de crédit est presque impossible. Pourtant, bon nombre des personnes non bancarisées peuvent prouver leur solvabilité par d’autres moyens, par exemple en payant à temps des factures de services publics et de téléphone.
Destácame, une plateforme basée sur l’IA qui dessert maintenant 1,3 million de personnes au Chili et au Mexique, utilise un algorithme pour créer un pointage de crédit alternatif en utilisant des données non déclarées aux bureaux de crédit. En prouvant la capacité de ses clients à rembourser des prêts, la plateforme contribue à réduire les obstacles qui empêchent souvent les institutions financières de leur prêter.
Dans le domaine de l’éducation et de la santé, l’IA peut quant à elle réduire considérablement le coût de la prestation de services de haute qualité et améliorer les résultats. La plateforme éducative de Century Tech, par exemple, rend les enseignants plus productifs en automatisant les tâches par cœur et administratives. Et en comprenant comment chaque élève apprend, il propose des plans individuels personnalisés visant à améliorer ses performances à l’école.
Dans la même veine, Ada Health sert à la fois les patients et les agents de santé. L’interface conversationnelle de la plateforme, soutenue par un traitement en langage naturel, offre aux patients des informations médicales personnalisées instantanées qui les aident à identifier les prochaines étapes appropriées. Son moteur d’IA et sa base de connaissances médicales organisées, quant à eux, fournissent aux professionnels de la santé semi-qualifiés tels que les agents de santé communautaires, les pharmaciens, les infirmières et les sages-femmes des outils d’aide à la décision clinique. Aux premières lignes de la prestation des services de santé où la pénurie de travailleurs est aiguë, un tel soutien peut faire la différence entre la maladie et la santé.
Pourtant, il y a une limite à ce que les robots peuvent faire. Bien que les outils d’IA puissent trier les demandes de service client ou même rendre le soutien psychologique accessible à un plus grand nombre de personnes, forger une connexion véritablement profonde nécessite une touche humaine.
La plate-forme ISeeChange, par exemple, combine le traitement du langage naturel avec des données générées par les utilisateurs et des réseaux de capteurs pour fournir aux villes des données critiques pour améliorer leur résilience au climat, la conception des infrastructures et même la sécurité publique. Les résidents soumettent des histoires détaillées et des données sur leurs quartiers à la plateforme, qui agrège ensuite ces expériences individuelles dans des modèles climatiques.
Crisis Text Line, quant à lui, utilise l’apprentissage automatique pour analyser les mots et les phrases associés aux jeunes en crise par le biais de messages texte et trie les messages pour garantir que les utilisateurs à risque obtiennent rapidement de l’aide. En traitant de grandes quantités de données, l’organisation a identifié certains des prédicteurs les plus probables de la nécessité d’une intervention d’urgence. Par exemple, il a trouvé une forte corrélation entre le mot ibuprofène »et les tentatives d’automutilation. En utilisant l’IA, les messages contenant ce mot sont désormais priorisés dans la file d’attente. Mais la sensibilisation est faite par des conseillers bénévoles humains qui contactent le texter en détresse.
Ces exemples montrent comment les nouveaux modèles commerciaux contribuent à extraire de la valeur ajoutée des technologies du Big Data et de l’IA, au profit de ceux qui étaient auparavant exclus de l’économie des données. C’est pourquoi MIT Solve et la Fondation Patrick J. McGovern collaborent pour aider les entrepreneurs technologiques à résoudre les problèmes mondiaux. Nous continuerons à identifier des entreprises prometteuses à leurs débuts; leur donner la capacité de croître, d’évoluer et de se diversifier; et défendre leurs histoires pour renforcer l’utilisation de l’IA pour le bien social. Et les juges Solve sélectionneront une nouvelle cohorte d’entrepreneurs technologiques lors des prochaines finales du Challenge Solve
L’IA a le potentiel d’améliorer la vie de milliards de personnes – mais seulement si elle crée et fournit de la valeur directement à ceux qui en ont le plus besoin, plutôt que d’engraisser le résultat net des entreprises desservant déjà les plus privilégiés. En exploitant ces technologies pour le bien social, la nouvelle génération d’entrepreneurs d’aujourd’hui peut provoquer un changement transformationnel durable.
Crisis Text Line est un boursier de la Fondation Patrick J. McGovern et finaliste de Solver. L’inclusion dans ce commentaire n’a aucune influence sur la probabilité que Crisis Text Line soit sélectionnée pour le programme MIT Solve.

 

Des musulmans aux gitans: le meltingpot espagnol

Les musulmans ont été les derniers nouveaux arrivants en Espagne en grand nombre depuis de nombreuses générations. Certes, à partir de votre XVIe siècle et surtout tout au long des cent ans juste après 1860, l’Espagne a été une nation d’émigration plutôt que d’immigration. Cela a commencé à alterner dans les années 1980 lorsque le nouveau placement de l’Espagne en tant que nation très industrialisée et assez productive a fait en sorte qu’elle séduisait les gens de votre communauté en développement. Pour la première fois depuis le Moyen Âge, l’Espagne a accueilli un grand nombre d’immigrants. Depuis le début du XXIe siècle, il y a eu de nombreux millions de résidents légaux à l’étranger et d’immigrants illégaux en Espagne, le deuxième étant principalement situé en Andalousie (Andalousie), dans les zones urbaines de Madrid et de Barcelone, ainsi que dans les îles Baléares et Canaries. La plupart des résidents internationaux sont originaires d’autres pays de l’Union occidentale (UE) et des États-Unis d’Amérique latine. Plusieurs sont également arrivés du Maroc, traversant souvent le détroit de Gibraltar en petits bateaux, et d’Afrique sub-saharienne, arrivant souvent aux îles Canaries; il y a des quantités importantes d’Asiatiques et d’Européens de pays hors UE. Depuis 1985, les gouvernements espagnols ont adopté de nombreuses réglementations sur les étrangers, ce qui peut avoir rendu plus difficile pour les personnes d’entrer en Espagne et beaucoup plus facile pour les autorités respectives de les expulser. Promulguées en 2000 (et par conséquent modifiées), les exigences légales relatives aux privilèges et libertés des étrangers en Espagne et à leur intégration interpersonnelle visaient à mettre un terme aux plans prohibitifs des 20 années précédentes, mettant fin au concept de rapatriement des immigrants illégaux et offrant un statut légal à tout employé immigré clandestin résidant en Espagne depuis au moins deux ans. En 2005, les lignes directrices ont légalisé le statut de nombreux employés immigrés. Les exigences légales accordaient également aux immigrants les mêmes privilèges que les résidents espagnols (à l’exception du droit de vote). La seule minorité culturelle de longue date en Espagne sera les Roms (Tsiganes), qui sont identifiés en Espagne comme Gitanos. Leur vocabulaire conventionnel est Caló. Beaucoup d’entre eux se sont assimilés à la société bien connue de la langue espagnole, mais d’autres dirigent toujours leur mode de vie nomade conventionnel. Les Gitanos étaient en même temps les plus nombreux du sud de l’Espagne et, bien qu’il y ait encore d’énormes communautés dans les zones métropolitaines andalouses comme Almería, Grenade et Murcie, de grands quartiers se trouvent maintenant à Madrid et Barcelone également. Le flamenco, une forme de danse-chant expressive, est définitivement lié aux Gitanos. Des préjugés et une discrimination importants ont été commis par les Gitanos en Espagne et continuent de prévaloir de nos jours. Mais les Gitanos ont commencé à produire leurs organisations gouvernementales particulières, comme l’Union du peuple Gitano (Unión del Pueblo Gitano; également connue sous le nom d’Unión Romaní), et certains se trouvent être élus au Parlement. Il existe des plans gouvernementaux qui commercialisent les traditions gitano.

Faire un vol en hélicoptère

L’un des meilleurs aspects de l’offre de circuits en hélicoptère dans la ville est de devenir l’occasion de donner aux individus le frisson de la vie. Fondamentalement, nous aimons regarder les gens approcher nos hélicoptères avec enthousiasme, nous savons que faire quelque chose de nouveau peut inspirer des inquiétudes et peut-être même quelques inquiétudes anxieuses. En plus de lire nos méthodes de sécurité, voici tout ce que vous devez savoir pour préparer votre premier voyage en hélicoptère. Choisissez le bon hélicoptère Lorsque vous réservez une visite guidée dans l’atmosphère, assurez-vous de savoir dans quelle direction les chaises font face. Un hélicoptère dont toutes les chaises sont tournées vers l’avant donne le meilleur aperçu et il est beaucoup plus simple de découvrir les lieux avec tout le monde lors de votre propre voyage. Avoir un siège avant-gardiste aide également tous les voyageurs de votre groupe qui peuvent avoir des problèmes de santé liés aux mouvements pour leur permettre de se détendre et de profiter de la balade. Tenue appropriée La sécurité doit toujours être au premier plan de vos pensées lorsque vous choisissez votre tenue pour le voyage en hélicoptère. Bien que vous puissiez vous habiller avec style pour être magnifique sur la photo avant le vol, vous devez également être confortable et en sécurité. Il est préférable de conserver les casquettes, foulards et autres accessoires dans votre véhicule ou dans un casier de rangement dans notre centre car ils peuvent exploser. Si vous avez les cheveux longs, tirez-les en arrière pour éviter les enchevêtrements et assurez-vous de mettre des chaussures plates à bouts droits. Comprendre la disposition des sièges Normalement, nous voulons tous le meilleur siège sur leur trajet en hélicoptère ou même de s’asseoir à côté de leur autre significatif. Fondamentalement, nous essayons de nous assurer de respecter vos préférences, la réalité est que le chargement d’un hélicoptère correctement est essentiel pour son équilibre. Chaque fois que vous montez à bord, nous vous révélerons où vous pouvez vous asseoir pour votre poids corporel et votre équilibre corrects depuis l’hélicoptère. Si vous n’êtes pas en mesure de vous asseoir correctement près de votre partenaire, ne vous inquiétez pas, vous aurez néanmoins la possibilité de communiquer et de savourer l’ambiance de la rencontre. Obtenez l’Ideal Shot Les appareils photo numériques sont autorisés à bord de nos excursions en hélicoptère et nous vous encourageons à cliquer sans hésiter pendant que vous vous envolez plus que des attractions historiques comme la Statue de la Liberté. Pour éliminer l’éblouissement autour des fenêtres de la maison, pensez à vous habiller de couleurs plus foncées, vol en hélicoptère car les teintes plus claires peuvent se refléter sur le verre. Vous devez également planifier vos vacances pour trouver les meilleures occasions pendant la journée pour prendre des photos. En règle générale, les heures du milieu de la matinée à celles du début de la journée seraient les plus claires simplement parce que tout brouillard matinal peut s’être dissipé et que la lumière du soleil ne retarde pas ses rayons de soleil les plus forts. Détendez-vous et optez pour le flux À partir du moment où vous vous présentez pour votre voyage en hélicoptère, les choses sont bien planifiées pour que vous ayez une expérience fluide. Avant de monter dans l’hélicoptère, vous aurez la chance de regarder un clip vidéo sur la sécurité et d’apprendre à vous approcher correctement de l’avion. Notre équipe vous aidera ensuite à vous installer sur votre chaise et s’assurera que vous êtes en sécurité avant le décollage. Bien que vous puissiez ressentir de l’anxiété, prendre note de la préparation du vol avant l’avion peut vous aider à vous sentir en confiance lorsque vous vous couchez. Les individus font essentiellement un tour en hélicoptère pour leur excitation de voler dans un hélicoptère pour la première fois, ou sont de grands fans d’hélicoptères – il peut donc être frustrant de savoir où vous vous asseyez. Le moment où vous vous détendrez dans l’hélicoptère sera déterminé par le poids corporel et les quantités ; ce qui signifie que la charge de tous les passagers et du pilote sera répartie. Pour s’assurer que cela peut signifier que vous n’obtiendrez pas la chaise avant, ou peut-être une chaise de vitre. La plupart du temps, la personne la moins lourde du groupe peut obtenir la chaise centrale arrière. Rendez-vous à l’héliport en hélicoptère en véhicule ou en transport public et vous aurez peut-être une idée de la façon dont la température est généralement dans l’hélicoptère correctement en vol – même s’il peut être un peu plus froid. Pendant les mois froids, les éléments peuvent être glacés à l’intérieur de l’hélicoptère car il se trouve dans la voiture ; correctement, les conditions météorologiques chaudes au sol refléteront ce qu’il pourrait être dans l’air. Alors habillez-vous en conséquence, portez des vêtements superposés pendant les mois froids et habillez-vous plus bas pendant les mois chauds d’été.